Dimanche, 7 juin, 2020

Le gouvernement a dévoilé jeudi des mesures de soutien à l'embauche d'apprentis, première pierre d'un plan sur l'emploi des jeunes attendu d'ici la mi-juillet. L'aide à l'embauche sera revalorisée et étendue à toutes les entreprises jusqu'au 28 février 2021.

Pour les encourager à recruter, jusqu'au 28 février, l'aide à l'embauche -aujourd'hui de 4.125 euros- sera de 8.000 euros pour les majeurs et de 5.000 euros pour les mineurs. Actuellement, elle est réservée aux entreprises de moins de 250 salariés et pour des diplômes au niveau inférieur ou égal au bac. Le dispositif sera élargi jusqu'au niveau de la licence professionnelle et à toutes les entreprises, ce qui représentera "un coût supplémentaire supérieur à un milliard d'euros", a indiqué l'entourage de la ministre du Travail à l'AFP. Les entreprises de plus de 250 salariés devront cependant avoir plus de 5% d'alternants dans leurs effectifs en 2021.

La première année d'apprentissage aura donc un "coût quasi nul" pour une entreprise qui recrutera un apprenti jusqu'à 21 ans, selon Muriel Pénicaud. Entre 21 et 25 ans, cela représentera un reste à charge d'environ 175 euros par mois.

Pour laisser davantage de temps aux jeunes pour trouver une entreprise avec la crise, ceux-ci pourront rester jusque six mois en CFA (Centre de formation des apprentis) sans contrat, soit jusque fin février, au lieu des trois mois actuels. La ministre a également évoqué une "mobilisation territoriale" pour que chaque jeune qui a fait un vœu d'apprentissage sur les plateformes d'orientation scolaire Affelnet et Parcoursup puisse se voir proposer une offre.

“Pour toute grande entreprise, un homme ne peut pas dépendre simplement de lui-même.”

de Sagesse indienne

Où nous trouver ?

7 ans d'expérience